À propos de moi

banner_img_about_me

À propos de moi

“Faire du carnet de voyage c’est un rêve de gosse ! Partir explorer le monde en visitant des vies passées, imaginer des mondes futurs, prendre son temps pour s’asseoir, contempler, regarder, détailler un paysage, une culture, tenter de changer de lunette, de voir autrement, d’apprendre, de comprendre l’humain, de se connaître soi-même aussi…surtout…beaucoup ! Le dessin aide à ne pas oublier, pour la mémoire, pour se souvenir, pour raconter, pour rêver. Il nourrit d’authenticité, de profondeur, de sensibilité, de vrai.”

Arrivée au Cambodge

L’Asie, et le Cambodge plus précisément ne devait être qu’un stop comme un autre dans un tour du monde qui n’avait rien de prévu ! Après avoir parcouru plusieurs pays, c’est seul et sans-le-sous que je me réveille un jour d’octobre 2015 dans une auberge un peu crasseuse du sud du pays, au matelas miteux et au parfum mouillé par la mousson . . . là où tu ne sais jamais si c’est toi qui transpires ou si c’est les draps qui sont juste humides !

Les maigres économies qu’il me restait m’imposait un choix cornélien :

  • Rentrer en Europe et accepter d’avorter ses rêves d’aventures, ne plus pouvoir dessiner dans mes carnets de voyage . . .
  • Ou prendre le risque de claquer ces derniers deniers dans ce rêve de gosse !

Le Cambodge fait partie des pays ou les opportunités paraissent plus accessibles. Beaucoup de choses restent à y faire, c’est une des raisons pour lesquelles je me suis dis : “si ce n’est pas ici ce ne sera nul part !”

Grâce au dessin et à l’écriture, là où les arts graphiques, le reportage journalistique et les sciences humaines s’entre-mêlent : le carnet de voyage est le récit d’une aventure, il représente un art hybride pouvant rapprocher les regards provenant de différents horizons.

Avant mon arrivé en Asie, j’avais décidé que dessiner dans des rouleaux de papier correspondait mieux à l’approche de la culture que d’utiliser des carnets d’esquisse, où le simple fait de tourner les pages vous coupe une lecture d’ensemble. Après tout, le rouleau n’est rien d’autre que l’ancêtre du livre : le volumen !

Création de Travel Roll

Ensuite c’est plusieurs semaines de galère pour trouver l’imprimeur capable de me reproduire des rouleaux de 15 cm x 150 cm. Finalement fin 2015, “Travel Roll” était créé. Je m’installe au marché de nuit à Siem Reap vers noël de la même année, moyennant $5 par jour vous avez le droit de vendre vos produits au public. Le soir même j’avais vendu mon stock et j’étais parti manger des trucs qui étaient devenus trop rares dans mon estomac !

Aujourd’hui les rouleaux se vendent à différents endroits au Cambodge et sur internet. Grâce aux gens qui se les offrent, je peux aujourd’hui vivre “d’un rêve de gosse” mais surtout contribuer à mon projet final d’édition en français, khmer et anglais pour être disponible aux enfants dans les écoles du Cambodge.

Au départ l’expérience n’était finalement qu’un test de vie, le temps de se refaire une santé et puis on verra la suite. Finalement ça fait quelques temps que je suis ici et plusieurs éditions différentes de carnet de voyage sous forme de rouleaux sont sorties. J’essaye d’illustrer ce pays “in-situ”, en sortant, autant que possible, des sentiers battus. Je parcours le pays à moto, sur ma vieille Honda Baja 250cc de 1993 pour “aller voir . . .” Ça fait quand même quelques milliers de kilomètres maintenant, avec parfois des galères, des accidents, de la fatigue, mais rien de méchant !

Le Cambodge m’a beaucoup apporté humainement et intérieurement. Je suis simplement heureux d’avoir trouvé une forme de liberté dans le fond et dans la forme, et de participer, à mon échelle, à la “culture du pays” grâce à l’art. J’essaye de partager un regard sur ce pays qui ne soit ni arrogant, ni condescendant, ni égocentré, ni prétentieux. Si je peux en vivre tout en faisant plaisir à d’autres, alors pourquoi pas ! 😉

EVENEMENTS

17-19 Nov. 2017 : “Les rendez-vous du carnet de voyage” – Clermont-Ferrand – 18ème Edition – 15’000 visiteurs. Le plus grand festival du genre au monde, 2ème prix du public


Partagez avec